Développement personnelQu’est-ce que la résilience ? comment améliorer sa vie ?
la résilience

Qu’est-ce que la résilience ? comment améliorer sa vie ?

La résilience est le facteur “balle en caoutchouc” : la capacité de rebondir en cas d’adversité.

En d’autres termes, c’est la capacité à faire face aux inévitables défis, problèmes et revers que vous rencontrez au cours de votre vie, à les relever et à en revenir plus fort.

Celle-ci repose sur différentes compétences et s’appuie sur diverses sources d’aide, notamment les capacités de raisonnement rationnel, la santé physique et mentale et les relations avec votre entourage.

Elle ne consiste pas nécessairement à surmonter d’énormes défis ; chacun d’entre nous est confronté quotidiennement à de nombreux défis pour lesquels nous devons puiser dans nos réserves de résilience.

Quels sont les quatre ingrédients fondamentaux de la résilience

  • La conscience – remarquer ce qui se passe autour de soi et dans sa tête ;
  • La réflexion – être capable d’interpréter les évènements qui se produisent de manière rationnelle ;
  • L’ouverture – la façon dont nous faisons appel aux autres pour nous aider à relever les défis auxquels nous sommes confrontés, car la résilience consiste également à savoir quand demander de l’aide ; et
  • la forme physique – notre capacité mentale et physique à relever les défis sans tomber malade.

Quel est le lien entre la pensée et les émotions ?

Notre page sur la reconnaissance et la gestion des émotions parle de l’importance d’appliquer la raison aux émotions pour soutenir votre prise de décision. Mais la façon dont vous pensez peut être affectée par votre réponse émotionnelle à la situation, et une partie de la prise de conscience consiste à comprendre cela et à le reconnaitre quand cela se produit.

Le psychologue Albert Ellis a créé un modèle simple à cet effet, qu’il a appelé A-B-C pour Adversité – Croyances – Conséquences. Ce modèle définit un processus :

La résilience modèle ABC

Comme l’indique clairement notre page sur la gestion des émotions, il arrive qu’une émotion soit si viscérale que vous n’avez pas le temps de passer par ce processus de manière rationnelle : vous réagissez alors immédiatement à la situation en vous enfuyant, en criant, etc. Mais votre cerveau a très certainement effectué ce processus de manière inconsciente.

Il est également important de reconnaitre que certaines pensées conduisent à certaines émotions.

J’ai perdu quelque chose Tristesse
Quelqu’un m’a fait du mal Colère
J’ai fait du mal à quelqu’un Honte
Je me sens menacé par quelque chose Peur
Voici quelques exemples

L’avantage de comprendre que ces pensées conduisent à ces émotions particulières est qu’en identifiant l’émotion que nous ressentons, nous pouvons comprendre quels peuvent être nos processus de pensée subconscients. Cela peut ne pas être évident autrement, et cela nous aidera à prendre les bonnes mesures pour résoudre le problème.

Ennemi de la résilience : Les pièges de la pensée

Les “pièges de la pensée” sont des pièges dans lesquels nous pouvons tomber dans nos réflexions, généralement au stade “B” du modèle A-B-C ci-dessus. Les pièges de la pensée sont en fait des suppositions sur nous-mêmes ou sur la situation, faites sans examiner les preuves, et sont généralement inutiles.

Les signes indiquant que vous tombez dans l’un de ces pièges sont l’utilisation d’expressions comme “jamais”, “toujours” et “je… ils…”, par exemple :

  • “Je n’arrive pas à faire des maths”
  • “Je n’ai jamais été capable de faire ce genre de choses”.
  • “Ils me l’ont enlevé”.

Si vous pensez que ce langage semble très enfantin, vous avez raison.

Vous devez être attentif au fait de tomber dans un ou plusieurs de ces pièges à penser lorsque vous développez vos croyances sur une situation, car cela pourrait vous empêcher d’agir efficacement : en d’autres termes, les pièges de la pensée peuvent vous empêcher d’agir avec flexibilité.

Améliorer la résilience par la réflexion

Après avoir examiné les éléments de la résilience et le processus de réponse aux situations, il peut être utile de parler de ce que nous pouvons faire pour aider à développer la flexibilité.

Il existe un certain nombre de techniques utiles à cet égard, notamment :

1. Recueillir plus d’information

Vous voulez faire participer la partie rationnelle de votre cerveau à votre prise de décision concernant la situation.
L’un des meilleurs moyens d’y parvenir est de recueillir activement davantage d’informations sur lesquelles fonder votre décision.

Exemple :

Supposons que vous aperceviez un serpent sur le bord du chemin. Votre réaction immédiate pourrait être la peur :

“Un serpent ! Il doit être venimeux ! Je ferais mieux de m’enfuir !” [A-B-C]

Mais arrête-toi un instant et rassemble plus d’informations. Il est peut-être mort. Elle n’est peut-être pas toxique. Il peut être froid, et donc capable de se déplacer très lentement.

Il y a toutes sortes de raisons pour lesquelles vous n’avez peut-être pas besoin de vous enfuir.

Un aspect crucial de la collecte d’informations supplémentaires consiste à réfléchir à d’autres explications possibles de la situation.

Votre cerveau, sur la base de votre expérience et de votre système de croyances, vous présentera ce qu’il considère comme l’explication la plus évidente.

Mais elle peut ne pas être correcte !

Réfléchir à des alternatives, puis les confronter à la réalité, peut-être en posant des questions à d’autres personnes ou en faisant des recherches, vous aidera à réagir de manière appropriée à la situation.

2. Scénarios alternatifs

Nous sommes tous enclins à imaginer le pire.

Votre patron demande à vous parler, et vous imaginez immédiatement que vous êtes sur le point d'être licencié. Vous vous préparez à défendre vos récentes performances…

Mais lorsque vous entrez dans son bureau, il s’avère qu’elle veut que vous sachiez qu’elle est enceinte et que vous êtes en mesure de reprendre ses responsabilités pendant son congé de maternité, avec une augmentation de salaire conséquente.

L'enseignant de votre enfant vous demande de lui parler rapidement après l'école. Vous pensez immédiatement que l'enfant a des problèmes…

Mais non, ils sont juste tombés et se sont coupés un genou à l’heure du déjeuner. Il n’y a pas de mal, mais l’école doit vous le faire savoir.

Imaginer le pire, c’est le catastrophisme, et c’est un phénomène courant

Il existe un moyen très simple d’y faire face, qui consiste à générer des scénarios alternatifs dans votre tête :

  • Imaginez le pire – laissez votre imagination se déchainer. Qu’est-ce qui aurait pu mal tourner ? Que se serait-il passé ?
  • Maintenant, pensez aux meilleurs résultats possibles. Jusqu’où cela pourrait-il aller ?
  • Enfin, pensez aux résultats les plus probables – probablement quelque part entre les deux. Faites un plan pour savoir comment vous allez y répondre.

Ces deux stratégies, la collecte d’informations et la recherche de scénarios alternatifs, vous aideront à développer votre résilience.

Vous deviendrez plus conscient de ce qui se passe autour de vous et dans votre tête (conscience). Elles vous aideront également à appliquer un raisonnement rationnel à la situation, à sortir des pièges dans lesquels vous êtes tombé, et à comprendre et rationaliser votre réponse émotionnelle à une situation.

Améliorer sa résilience en se tournant vers l’extérieur

Aucun homme n’est une île, entière par elle-même. Chaque homme est un morceau du continent, une partie du principal…

John Donne (Poète anglais)

ll n’y a pas de honte à demander de l’aide. Nous avons tous besoin d’aide de temps en temps, et beaucoup d’entre nous fonctionnent beaucoup mieux lorsque nous travaillons avec d’autres.

Une bonne partie de la résilience consiste à savoir quand et comment demander de l’aide aux autres, à tendre la main à ceux avec qui nous avons des relations pour résoudre les problèmes avec du soutien.

Laisser un commentaire

error: Le contenu est protégé !