Développement personnelPrise de parole en public : comment faire ?
Prise de parole - Parler en public

Prise de parole en public : comment faire ?

La prise de parole, c’est s’exprimer efficacement. Parler efficacement, c’est s’exprimer de sorte que votre message soit clairement entendu. Il y a deux éléments principaux pour parler efficacement : ce que vous dites et comment vous le dites.

Ce que vous dites signifie votre choix de mots. Les mots que vous utilisez avec un ami seront probablement très différents de ceux utilisés dans une présentation ou un entretien formel.

De même, votre façon de parler variera selon les situations. Toutefois, il est probable qu’il existe des facteurs communs. Par exemple, si vous parlez naturellement à voix basse ou à voix haute, et comment vous utilisez le langage corporel.

Cette page aborde les aspects d’une expression orale efficace. Elle suggère également des moyens de devenir un orateur plus efficace.

Les aspects d’une prise de parole efficace

Parler efficacement, c’est dire ce que l’on veut dire de manière à ce que cela soit entendu et compris clairement.

Que vous parliez à vos enfants ou à votre patron, vous devez être capable de vous exprimer efficacement.

L’efficacité de l’expression orale repose sur trois éléments principaux

– Les mots que vous utilisez.
– Votre voix.
– Le langage corporel.

Comment choisir ses mots pour la prise de parole ?

Ce que vous dites et les mots que vous choisissez sont importants.

En cas de doute sur votre sens, votre interlocuteur reviendra aux mots que vous avez utilisé pour vérifier ce que vous vouliez dire. Il est donc important de choisir avec soin, surtout lorsque vous dites quelque chose d’important. Les éléments à prendre en compte sont les suivants :

– Votre public. Les mots que vous choisissez seront différents pour vous adresser à 200 personnes lors d’une conférence, à un collègue de confiance, à votre patron ou à vos enfants. Vous devez tenir compte du niveau général de compréhension du sujet par votre audience. Sans oublier le type de langage que vous utilisez.

– Les phrases courtes sont plus faciles à traiter et à comprendre. L’utilisation de phrases plus courtes crée également un sentiment d’urgence.

– Les mots plus simples sont également plus faciles à comprendre. Si vous ne pouvez pas expliquer quelque chose en termes simples, vous ne l’avez probablement pas compris vous-même. C’est particulièrement important si votre public n’est pas composé uniquement de locuteurs natifs de la langue.

Les accents

Les accents régionaux et ethniques font partie de la personnalité individuelle. Et ils ajoutent un élément unique à votre façon de parler.

Toutefois, ils peuvent aussi, dans certaines situations, créer des obstacles potentiels à la communication. Par exemple, si vous avez un accent prononcé, les personnes d’une autre région peuvent avoir du mal à vous comprendre. Il se peut donc que vous deviez ralentir votre discours pour qu’elles aient le temps de comprendre de vous comprendre.

Il convient toutefois de se rappeler que les mots ne constituent qu’une partie de votre communication et de votre message global. Le ton de votre voix et votre langage corporel envoient également des messages forts.

Votre voix

Votre voix peut en dire autant sur votre histoire personnelle que votre apparence. Le son de la voix et le fond du discours peuvent fournir des indices sur l’état émotionnel d’une personne.

Par exemple, si l’estime de soi est faible, cela peut se traduire par une hésitation dans la voix. Souvent, une personne timide parle à voix basse. Et la plus part du temps, une personne qui a confiance en elle parle avec une voix plus haute.

Cela vaut la peine de prendre le temps d’améliorer votre maîtrise de la voix, surtout si vous avez du mal à parler en public. Cela peut même contribuer à renforcer votre confiance en vous !

Il est important de s’habituer au son de sa propre voix. La plupart des gens sont plus détendus dans une situation privée. Notamment à la maison, où il n’y a pas de pression pour se conformer à d’autres règles et attentes sociales. Ce n’est pas le cas dans les situations en public, où toutes sortes d’influences s’exercent sur la façon dont les gens s’expriment.

Comment améliorer la prise de parole en public ?

Essayez d’enregistrer votre propre voix dans un cadre informel, par exemple à la maison.

Écoutez attentivement comment vous vous exprimez. Cela vous aidera à vous habituer à votre propre voix.

Vous pouvez également noter tous les aspects de votre discours qui réduisent l’efficacité globale de votre message. Il peut s’agir d’une tendance à dire souvent “hum” ou “euh”, à faire des liaisons entre une ou plusieurs lettres ou à bégayer légèrement. Et je ne vous cache pas que, c’est très désagréable d’écouter parler les personnes qui disent souvent “hum” ou “euh”…

Souvent, les gens n’aiment pas le son de leur propre voix enregistrée. De la même manière que certaines personnes n’aiment pas les photographies d’elles-mêmes.

La plupart d’entre nous ne sont pas habitués à entendre notre propre voix et ces sentiments sont tout à fait normaux. Dépassez l’étape initiale du “Est-ce que je ressemble vraiment à ça ?” et développez une meilleure compréhension de votre voix.

Plus vous prenez l’habitude d’entendre votre voix de manière un peu plus formelle, plus il vous sera facile de le faire “pour de vrai”. En mode conversationnel, les individus ont tendance à parler en phrases courtes, quelques-unes à la fois. D’ailleurs, parler ou lire à haute voix vous aide à vous habituer au son plus fluide de votre voix.

Un exercice pour vous aider à développer vos compétences en matière de prise de parole :

Trouvez un document à lire, quelque chose d’environ deux pages – les premières pages d’un livre conviendraient parfaitement.

Lisez d’abord votre document silencieusement, puis lisez-le à voix haute avec votre voix normale. Ne vous inquiétez pas si vous trébuchez ou si vous vacillez, reprenez simplement et continuez jusqu’à la fin.

Lisez-le ensuite une troisième fois, en enregistrant votre voix si possible et en vous souvenant :

Ralentissez. Il est naturel de vouloir en finir le plus vite possible, ce qui amène souvent les gens à trébucher sur leurs mots. L’accélération se produit également lorsque vous êtes nerveux et vous rend généralement plus difficile à comprendre.
Gardez la tête haute. Essayez de ne pas enfoncer votre menton dans votre livre, car votre voix s’adresserait alors au sol. Tenez votre livre plus haut et projetez votre voix.
Faites une pause de temps en temps. Laissez la fin d’une phrase ou d’un paragraphe vous donner l’occasion d’une petite pause de deux ou trois secondes. Les pauses peuvent être utiles pour mettre l’accent.
Pratiquez cet exercice aussi souvent que vous le pouvez.

Tout le monde peut améliorer le son de sa voix et son élocution grâce à quelques exercices simples. Pour vous améliorer, vous devrez maintenir un certain engagement et pratiquer régulièrement pendant quelques minutes.

Quel effet a la respiration sur la prise de la parole ?

La voix est sensible aux émotions et est parfois “bloquée”, ce qui peut entraver l’expression de toute une série de sentiments.

En cas de stress, le rythme respiratoire d’une personne change. Lorsque vos muscles sont tendus, vous ne pouvez pas utiliser vos poumons à leur pleine capacité. Lorsqu’une personne est effrayée ou nerveuse, un symptôme courant est la tension dans le cou et les épaules. Cela se produit parce que, lorsque nous sommes sous pression, nous avons tendance à respirer plus rapidement. Cela signifie que nous inspirons beaucoup d’air, mais que nous n’avons pas le temps d’expirer complètement et de nous détendre, ce qui ne nous permet pas d’en tirer tous les bénéfices.

Une bonne respiration est essentielle pour deux raisons :

  1. En exploitant toute la capacité pulmonaire, la respiration soutiendra la voix et celle-ci deviendra plus intense, plus riche et plus forte.

Cela profitera aux personnes qui ont une petite voix et qui craignent de ne pas être entendues lorsqu’elles s’adressent à un groupe de personnes. Le volume est contrôlé au niveau de l’abdomen et non de la gorge, donc respirer à pleine puissance permet de mieux contrôler la voix.

2. Une respiration profonde et rythmée a un effet calmant et thérapeutique car elle libère les tensions et favorise la relaxation. Les personnes détendues sont plus équilibrées, plus réceptives et plus confiantes.

Ce n’est pas une coïncidence si de nombreuses religions utilisent des techniques de respiration rythmique. Telles que la méditation, le yoga et la contemplation silencieuse, ainsi que la libération vocale sous la forme de chants, de mantras ou d’hymnes. En relâchant la tension physique, le stress mental diminue et l’esprit est effectivement libéré pour se consacrer à des activités créatives.

Exercice de respiration pour améliorer sa prise de parole en public

  1. Tenez-vous debout dans une position facile, les pieds écartés d’un pas, les genoux “déverrouillés” et non pas repoussés de manière rigide. Gardez la colonne vertébrale droite, la tête équilibrée et les muscles du visage détendus.

2. Inspirez lentement en comptant jusqu’à trois, puis expirez lentement en comptant jusqu’à trois.

3. Essayez de ne pas lever les épaules pendant que vous respirez. Inspirez par le nez et expirez par la bouche. Pensez consciemment que votre respiration ” se remplit ” jusqu’au fond de vos poumons.

4. Placez la paume de votre main à plat contre votre abdomen et ressentez le mouvement. Poussez légèrement contre votre main pendant que vous inspirez et expirez.

5. Répétez cet exercice dix fois.

En fonction de ce que vous ressentez après plusieurs jours de pratique de cet exercice, prolongez le décompte de l’expiration de trois à quatre, cinq et six jusqu’à dix avant de devoir reprendre votre respiration. Ensuite, comptez à voix haute sur l’expiration de un à dix. Répétez l’opération cinq fois.

En renforçant votre contrôle de l’expiration, vous n’aurez plus jamais l’impression d’être essoufflé ou de vous essouffler lorsque vous vous adressez à un groupe ou à une réunion.

Production vocale

Les trois éléments fondamentaux suivants de la production vocale doivent être compris par quiconque souhaite devenir un orateur efficace :

– Le volume – pour être entendu.
– Clarté – pour être compris.
– Variété – pour ajouter de l’intérêt.

Volume

Il ne s’agit pas de traiter la voix comme la commande de volume de la télécommande de la télévision. Certaines personnes ont une voix naturellement douce et ne peuvent physiquement pas mugir. De plus, si la voix est trop élevée, la qualité du timbre se perd. Au lieu d’élever la voix, il faut la “projeter”. Soutenez la voix avec beaucoup de souffle – plus vous voulez projeter la voix vers l’extérieur, plus vous avez besoin de souffle. Elle doit également provenir du diaphragme, et non de la gorge.

Lorsque vous vous adressez à un groupe ou à une réunion, il est important de ne pas diriger votre discours vers le premier rang ou vers les personnes les plus proches de vous. Au contraire, vous devez consciemment projeter ce que vous avez à dire aux personnes les plus éloignées. En développant une voix forte, par opposition à une voix grave, vous serez perçu comme quelqu’un de positif.

Clarté

Certaines personnes ont tendance à parler en serrant les dents et en bougeant peu les lèvres. C’est cette incapacité à ouvrir la bouche et à produire les sons de la parole avec précision qui est à l’origine de l’inaudibilité. Le son est enfermé dans la bouche et ne sort pas.

Pour avoir une bonne articulation, il est important de desserrer la mâchoire, d’ouvrir la bouche et de profiter pleinement de chaque son que vous émettez, en accordant une attention particulière à la fin des mots. Cela aidera également votre public, car il sera possible de lire sur les lèvres dans une certaine mesure.

Variété

Pour rendre un discours efficace et intéressant, certaines techniques peuvent être s’appliquer. Cependant, il est important de ne pas être faux ou d’avoir l’impression de réaliser une performance. Les mots sont porteurs de sens, mais la façon dont ils sont exprimés reflète les sentiments et les émotions. La variété vocale peut être obtenue par des variations dans :

Le rythme : il s’agit de la vitesse à laquelle vous parlez. Si le discours est trop rapide, les auditeurs n’auront pas le temps d’assimiler ce que vous dites. Il est également judicieux de varier le rythme – en accélérant par moments puis en ralentissant – car cela permet de maintenir l’intérêt.

Le volume : En augmentant ou en diminuant le volume de temps en temps, vous pouvez créer de l’emphase. Si vous réduisez votre voix à un chuchotement pendant une ou deux phrases, votre auditoire sera soudainement en alerte. Veillez toutefois à ne pas abuser de cette technique, car elle perdrait de son impact.

Tonalité – Inflexion – Accentuation : Lorsque vous parlez en public, essayez de transmettre l’information avec autant d’énergie vocale et d’enthousiasme que possible. Cela ne signifie pas que votre voix doive s’envoler et plonger dans tous les sens de manière incontrôlée. Essayez de rendre votre discours intéressant. Rappelez-vous que lorsque vous êtes nerveux ou excité, vos cordes vocales se tendent et se raccourcissent, ce qui fait monter la voix. Insistez sur certains mots et certaines phrases de votre discours pour leur donner de l’importance et les rendre plus variés.

Faites une pause : Les pauses sont puissantes pour mettre en valeur la déclaration précédente ou pour attirer l’attention avant un message important. Les pauses signifient un silence de quelques secondes. Les auditeurs interprètent le sens des pauses, alors ayez le courage de rester silencieux jusqu’à cinq secondes – des pauses dramatiques comme celle-ci transmettent autorité et confiance.

Échauffez votre voix pour une meilleure prise de la parole

Avant toute situation importante de prise de parole, il est bénéfique de procéder à un échauffement de la voix. La voix est un instrument – aucun musicien n’arrive dans une salle de concert et se lance dans du Beethoven sans s’être accordé au préalable. La durée et la fréquence de l’échauffement vous appartiennent et dépendent de la quantité de paroles que vous devez prononcer.

Le langage du corps

Une part considérable de la communication – plus de 50 % selon certaines estimations – est non verbale. Le ton de la voix, le rythme et l’accentuation font tous partie de la communication non verbale.

Cependant, votre langage corporel est également important. Il comprend la façon dont vous vous tenez, les expressions de votre visage, la façon dont vous utilisez vos mains pour souligner votre discours, et même si vous établissez un contact visuel et avec qui.

L’importance de la congruence pour la prise de la parole

La congruence est peut-être l’aspect le plus important d’une communication efficace.

Pour que la communication soit efficace, votre communication non verbale doit renforcer vos mots : les deux doivent dire la même chose. La communication non verbale est beaucoup plus difficile à dissimuler que la communication verbale. Si vous constatez que le langage corporel d’une personne donne un message différent de ses paroles, il est bon d’écouter d’abord la communication non verbale, car elle est plus susceptible de refléter ses véritables opinions.

Vous devrez donc peut-être réfléchir à la manière dont vous souhaitez utiliser le langage corporel et les autres indices non verbaux. C’est particulièrement important si vous essayez de faire passer un message difficile.

Laisser un commentaire

error: Le contenu est protégé !