Développement personnelComment arrêter de se comparer aux autres ?
Arreter de se comparer aux autres

Comment arrêter de se comparer aux autres ?

Apprendre à ne plus se comparer aux autres est sans doute l’une des réalisations les plus libératrices. En revanche, le contraire est épuisant sur le plan mental et émotionnel. La comparaison est la principale raison de la plupart de vos insécurités majeures. Elle empêche le genre d’estime de soi qui est à l’origine du véritable succès.

Ce sentiment redouté de ne pas être assez bon… Ou d’être incapable d’être vraiment heureux de la réussite des autres… Il trouve son origine dans la comparaison avec soi-même et fait obstacle à votre réussite dès le départ. Même si vous parvenez à obtenir un succès extérieur en vous comparant aux autres… Comme beaucoup de gens le font, il ne pourra jamais s’accompagner de la liberté et de la paix de l’esprit que procure un sentiment inébranlable de soi, libre de tout besoin de comparaison.

La comparaison est le voleur de joie

Theodore Roosevelt

Une brève histoire sur : “se comparer aux autres”

Se comparer aux autres est une habitude qui a probablement commencé dès l’école. Des facteurs tels que les résultats scolaires, l’apparence et les performances sportives déterminent souvent la popularité d’un enfant et donc son estime de soi. À l’âge adulte, ces apparences extérieures sont simplement remplacées par des équivalents “adultes” tels que l’argent, les biens matériels, etc.

Il est quelque peu ironique de constater que les enfants les plus populaires du quartier sont probablement ceux qui ont le plus besoin de se comparer à l’âge adulte. Car ils en sont venus à dépendre de la bonne opinion des autres et de la stimulation de l’ego… Représentant le fait d’être “le premier” ou “le meilleur” dès leur plus jeune âge.

Se comparer aux autres est un tour de montagnes russes infernal

Fête foraine - montagnes russes émotionnelle en se comparant aux autres.

Se comparer aux autres vous entraîne dans un tour de montagnes russes. Où votre estime de soi est ballottée par l’opinion, les paroles et les actions des autres. Même lorsque vous vous sentez meilleur que les autres par comparaison, la force que vous gagnez est une stimulation temporaire de l’ego qui se déguise en véritable pouvoir intérieur. Une fois que la poussée de l’ego commence à s’estomper (ce qui arrivera).

Et alors, vos insécurités refont surface, ce qui déclenche à nouveau votre besoin d’être rassuré de l’extérieur. Et vous pousse à rechercher en vain une force intérieure à l’endroit où vous ne la trouverez jamais en dehors de vous-même. C’est ainsi que les montagnes russes recommencent. En passant, votre ego, dans ce sens, est la contrefaçon ou le faux ego de votre moi personnel. Et non le véritable ego de votre véritable moi. Apprendre à cesser de se comparer aux autres : est donc fondamental. Dans de le but d’avoir un sens inébranlable de soi, indépendant de la bonne opinion des autres.

Le besoin débilitant d’approbation des autres

Si vous vous comparez aux autres, il est probable que vous cherchiez également l’approbation des autres. Le besoin d’approbation des autres vous fait douter de vous-même et de vos décisions. Cela vous prive de tout sentiment d’identité, vous empêche de savoir qui vous êtes et ce que vous voulez vraiment. La bonne opinion des autres peut vous faire sentir “bien” à court terme. Mais ne peut que vous faire sentir “mal” à long terme. L’approbation de quelqu’un d’autre peut être comparée à un tampon d’encre sur votre peau qui est rapidement effacé aux premiers signes de pluie. La personne dont vous avez besoin pour vous “tamponner” vous possède. Si vous avez besoin de l’approbation des autres, apprenez à ne plus vous comparer à aux autres vous donnera un sentiment de liberté que vous n’avez peut-être jamais connu auparavant.

La comparaison avec soi-même alimente vos insécurités

Ces sentiments indésirables de ne pas être assez bon, d’avoir constamment besoin de l’approbation des autres, d’être inadéquat, d’éprouver du ressentiment envers le succès des autres et de l’envie, pour n’en citer que quelques-uns, sont tous le résultat d’une seule chose : la comparaison aux autres. Vous ne pouvez jamais vous sentir suffisamment bien si votre “bien” est défini par les réalisations relatives des autres. On ne peut jamais s’approuver soi-même si cette approbation dépend de l’opinion, des mots ou des actions des autres.

Vous ne pouvez jamais vous sentir tout à fait adéquat si vous vous placez sur un escabeau d’adéquation. Avec les plus adéquats au-dessus de vous et les moins adéquats en dessous. Si vous vous trouvez sur une échelle de réussite, vous enviez ceux qui sont au-dessus de vous. Et souhaitez les dépasser, tout en plaignant ceux qui sont en dessous de vous et en souhaitant secrètement qu’ils restent là de peur qu’ils ne vous dépassent.

Vous ne pouvez jamais être réellement heureux de la réussite des autres si, par comparaison, cette réussite est supérieure à la vôtre. Ce qui les rend plus grands ou plus prospères que vous. Vous ne pouvez jamais admirer les forces des autres et apprendre d’eux lorsque ces forces sont le critère de vos faiblesses. Dans ce contexte, lorsque vous apprendrez à ne plus vous comparer aux autres. Et que vous cesserez de le faire, vous constaterez que certaines de vos insécurités les plus profondes s’évaporent comme par enchantement.

La comparaison par rapport aux autres est la source de toute envie

Si vous ne vous compariez jamais aux autres, vous n’auriez jamais de raison d’envier qui que ce soit. La comparaison est à l’origine de l’envie. Ce n’est qu’en vous comparant que vous pouvez être envieux d’une autre personne. Et selon les Grecs anciens, l’envie est la plus basse des émotions et la cause de nombreux conflits, tant en nous-mêmes que dans le monde en général.

Être vraiment heureux de la réussite d’un ami ou d’un étranger, que ce soit dans ses relations, dans sa carrière, dans sa richesse, dans son apparence ou dans tout autre domaine. C’est l’un des sentiments les plus libérateurs et les plus satisfaisants que vous puissiez éprouver. Et lorsque vous connaitrez vraiment ce sentiment d’être sincèrement heureux pour les autres sans l’ombre d’un soupçon de “pourquoi pas moi ?”, vous vous sentirez incomparablement libre car vous vous serez élevé au-dessus du monde des choses relatives. Être libéré de l’envie est sans doute l’une des plus grandes libertés dont vous puissiez jouir.

La comparaison aux autres engendre la médiocrité

De manière quelque peu paradoxale, les personnes qui se comparent à d’autres pour tenter de juger de leur propre réussite ne s’exposent qu’à la médiocrité. Le fait d’utiliser les autres comme point de référence impose une limite à votre réussite. Peu de gens osent se comparer à ceux qui ont vraiment réussi et ceux qui le font considèrent généralement les personnes qui ont réussi comme une source d’inspiration, ce qui est très différent de se comparer à soi-même pour évaluer sa valeur.

Quoi qu’il en soit, la plupart des gens se contentent de se comparer à leur cercle immédiat d’amis, de collègues, de voisins et de connaissances, sans se préoccuper de la véritable nature de leur réussite ou de leur monde intérieur. Se comparer aux autres limite votre réussite à la réussite perçue de la personne à laquelle vous vous comparez. En revanche, en apprenant à ne plus vous comparer aux autres, le potentiel de réussite que vous percevrez n’aura probablement rien à voir avec ce qu’il était auparavant.

Se comparer aux autres draine votre puissance créatrice

Se comparer aux autres - expériences scientifiques

Chaque fois que vous vous comparez ou cherchez l’approbation des autres, vous renoncez à votre pouvoir authentique de créer consciemment votre vie. Et plus vous l’abandonnez, plus vous vous sentez en danger. Lorsque vous vous préoccupez davantage de ce que les autres pensent que de ce que vous pensez, vous cessez effectivement de penser par vous-même. Vous invalidez votre pouvoir de penser parce que vous laissez les autres penser pour vous.

Que vous en soyez conscient ou non, tout ce que vous vivez sur le plan physique trouve son origine dans votre monde intérieur. Et cela par le biais du processus de création consciente. C’est sur votre monde intérieur que vous devriez vous concentrer. Et non sur les apparences extérieures qui ne sont que des ombres de votre conscience.

Si vous voulez avoir un réel pouvoir de direction sur votre vie, commencez à vous faire votre propre idée sur ce que vous désirez expérimenter et mettez-vous en route pour l’atteindre. Et lorsque vous apprendrez à ne plus vous comparer aux autres, vous découvrirez soudain que vous avez plus d’idées, plus d’énergie et plus de volonté de réussir à votre façon.

Si vous devez vous comparer aux autres, comparez tout le paquet

Il est vrai que nous vivons dans une société où se comparer aux autres est tout à fait acceptable… Voire encouragé dès le plus jeune âge. Si vous avez l’impression que vous ne pouvez pas vous empêcher de vous comparer aux autres malgré tous vos efforts… Demandez-vous si vous en savez assez sur cette personne pour être en mesure de faire une comparaison juste et objective. Vous ne savez jamais ce que vit une autre personne, même si elle semble heureuse ou “rangée” à l’extérieur.

Lorsque vous vous en rendrez compte, vous ne prêterez pas autant d’attention aux facteurs isolés de la réussite apparente d’une personne. Prenez également en compte les valeurs intérieures d’une personne : si vous admirez ces valeurs, applaudissez-les ; si ce n’est pas le cas, pourquoi voudriez-vous vous comparer à cette personne ?

Comment arrêter de se comparer aux autres ?

Si vous ressentez souvent être en compétition, un besoin de gagner, un besoin d’être meilleur que les autres, un besoin d’approbation extérieure, un besoin de louanges ou un sentiment profond d’envie pour le succès des autres, même si vous voulez être sincèrement heureux pour eux, alors derrière chacun de ces sentiments ou besoins, vous trouverez probablement la tendance à vous comparer aux autres pour mesurer votre valeur personnelle.

Puisque la comparaison est un tel exercice d’auto-sabotage, la question évidente est alors de savoir comment arrêter de le faire. La première étape consiste à reconnaître que vous vous comparez. Cela peut sembler évident, mais vous ne pouvez pas changer un problème si vous ne reconnaissez pas d’abord son existence. Il ne s’agit pas de vous blâmer ou de vous sentir mal parce que vous vous comparez (la plupart des gens le font). Il s’agit plutôt de reconnaître que vous le faites, afin de pouvoir le changer.

Derrière votre besoin de la comparaison se cache un sentiment déformé de votre valeur personnelle. Basé sur une définition du succès que vous n’avez jamais choisie. Et qui vous a très probablement été donnée par la société. Un moyen efficace d’arrêter de vous comparer une fois pour toutes est de connaître votre valeur personnelle. Ainsi donc construire une solide estime de soi qui ne peut être perturbée par des facteurs et des opinions extérieurs. Ce faisant, vous aurez la liberté d’être la seule personne que vous êtes censé être – vous-même. Et en fin de compte, votre véritable identité.

Se saisir de l’instant présent

Se saisir de l'instant présent - ne pas se comparer aux autres

En prêtant davantage attention à vos pensées, à vos besoins et à vos sentiments, vous pouvez vous surprendre au moment où vous vous comparez. Comme c’est le cas pour toutes les actions mentales et physiques que vous faites habituellement. Il est essentiel de vous prendre en flagrant délit de comparaison pour l’arrêter. Lorsque vous le faites… Alors, prenez une profonde respiration et rappelez-vous qu’il n’est pas nécessaire de vous comparer à qui que ce soit. Efforcez-vous de voir l’autre personne comme un être humain dont la joie vous réjouit.

Plutôt que comme un concurrent dont vous aimeriez avoir la joie. Vous pouvez avoir tout ce que vous désirez grâce à votre imagination… Si seulement vous y mettez votre esprit, plutôt que de le gaspiller à vous comparer. C’est un sentiment merveilleux que d’être libéré du piège de la comparaison et de pouvoir créer sa vie.

Lorsque vous apprenez à cesser une fois pour toutes de vous comparer aux autres. Alors, vous vous apercevrez également que vous acceptez davantage les autres, que vous n’entretenez pas de ragots. Que vous êtes plus juste dans vos relations avec les autres, que vous trouvez plus de temps pour vous, à vos objectifs et que vous adoptez la maxime “vivre et laisser vivre” en réalisant que chacun a son propre chemin à parcourir.

Jouissez de votre vie sans la comparer à celle d’un autre.

e marquis de Condorcet – homme politique français

Remplacer la comparaison par l’amour de tous

Il convient de noter que le plan physique, étant de nature relative, se prête à la comparaison en raison de l’illusion de la dualité “moi et les personnes et les choses extérieures” et du sentiment de pénurie qu’elle induit. En revanche, votre objectif est de découvrir le puissant Moi intérieur et de vous rappeler qui vous êtes vraiment, sachant que tout et tout le monde n’est qu’une projection de votre conscience.

Si vous saviez que vous pouvez avoir tout ce que vous désirez grâce à votre merveilleuse imagination, pourquoi envieriez-vous quelqu’un d’autre d’avoir ses désirs ? Et si vous saviez que tout le monde n’est qu’une projection de votre conscience, quel sens cela aurait-il de vous comparer à qui que ce soit ? Si tu savais que tout le monde est ton miroir, comment pourrais-tu en vouloir à quelqu’un d’être heureux sans en vouloir à ton propre bonheur ? Si tu savais que tout le monde est ton reflet, comment ne pourrais-tu pas être heureux de la joie de chacun, comment ne pourrais-tu pas vouloir la meilleure expérience de vie pour chacun, comment ne pourrais-tu pas aimer tout le monde ?

Pour aimer quelqu’un, commencez par apprendre à vous aimer vous-même et vous découvrirez que l’autocomparaison est remplacée par un amour pour tous et la capacité de dire “ce que je veux pour moi, je le veux pour tous les autres” et de le penser. Un profond sentiment d’amour pour chacun et pour tout est la plus grande récompense de l’apprentissage de l’arrêt de la comparaison avec les autres.

En résumé

En un mot, se comparer aux autres est l’une des façons les plus limitatives et débilitantes de vivre sa vie. Elle est à l’origine de nombreuses insécurités, qu’il s’agisse de ne pas se sentir suffisamment bien, de rechercher l’approbation des autres ou d’éprouver du ressentiment à l’égard de leur réussite. La comparaison vous destine à la médiocrité plutôt qu’au succès réel, car vous vous contentez, même secrètement, d’être “meilleur que vos amis”.

Elle vous prive de votre pouvoir authentique parce que vous l’abandonnez. En construisant votre valeur personnelle sur la base de votre propre définition du succès et en développant une solide estime de soi, vous serez en mesure d’apprendre à ne plus vous comparer aux autres une fois pour toutes. Et lorsque vous y parviendrez, vous serez libre d’être vous-même, et en fin de compte votre véritable moi, tout en étant sincèrement heureux de la réussite des autres et joyeux de la vôtre.

Laisser un commentaire

error: Le contenu est protégé !